Les tendances du MICE : à quoi ressemble le séminaire d'entreprise de demain ?

14/03/2019
Le futur du séminaire se dessine dès aujourd'hui

Alors qu’aujourd’hui déjà, 80% des évé­ne­ments d’entreprise sont des sémi­naires, et que plus de 8 sala­riés sur 10 ont déjà par­ti­cipé à l’un d’entre eux, il y a fort à parier que demain, les ras­sem­ble­ments de col­la­bo­ra­teurs vont conti­nuer d’évoluer. L’occasion de faire le point sur les muta­tions en cours qui pré­fi­gurent les sémi­naires du futur. 

Le sémi­naire a de l’avenir

Participants d'un séminaire

Le monde du tra­vail bouge, et vite. Nou­veaux enjeux, emplois : le quo­ti­dien des entre­prises ne cesse de se renou­ve­ler et implique de se réunir plus régu­liè­re­ment. En effet le plus sou­vent, qui dit métiers émer­geants dit nou­veaux temps de for­ma­tions et qui dit évo­lu­tion de modèle dit nou­velles réunions stra­té­giques.

Aujourd’hui, la majo­rité des entre­prise pla­ni­fie un sémi­naire par an, et quand il s’agit de sémi­naires de direc­tion, ce chiffre s’élève à 4 évé­ne­ments annuels dans 53% des entre­prises. Selon une étude annuelle du cabi­net Coach Omnium, les entre­prises fran­çaises dépensent par an plus de 8 mil­liards d’euros en sémi­naires.

Le mini-sémi­naire est le nou­veau sémi­naire

Participants à un séminaire en train de travailler

La consé­quence directe de cette mul­ti­pli­ca­tion des sémi­naires, c’est la réduc­tion de leur durée. Le nombre d’escapade pro­fes­sion­nelles (qu’on appelle aussi off­site mee­tings”) d’une jour­née ne cesse ainsi d’augmenter, ren­for­çant une ten­dance qui avait déjà com­mencé dès les années 2010, pour cause de réduc­tion des coûts dans un contexte post-crise. 81% des sémi­naires ont ainsi lieu à moins de 3h du siège de l’entreprise.

Demain, les sémi­naires-éclair vont-ils aller jusqu’à rem­pla­cer la tra­di­tion­nelle réunion d’équipe du lundi ? « Les entre­prises ont com­pris qu’un mes­sage a plus d’impact s’il est déli­vré hors du bureau « , constate Arnaud Fau­cher, direc­teur du pôle Heavent Mee­tings chez Heavent Paris, l’organisateur du salon épo­nyme dans un article des Echos inti­tulé Des sémi­naires moins longs, plus effi­caces… hors du bureau”. Cette ten­dance semble sur­tout pro­bable dans des espaces urbains denses, où la mobi­lité vers l’extérieur des centres actifs sera sim­pli­fiée, à la manière de Paris et l’Île-de-France.

On ne ras­semble plus (que) les tra­vailleurs, mais (aussi) les télé­tra­vailleurs

Participants d'un séminaire en train de travailler sur leurs ordinateurs

Depuis 10 ans en France, le nombre de free­lances a aug­menté de 126%, allant jusqu’à concer­ner 830 000 tra­vailleurs et jusqu’à 25% des actifs de cer­tains sec­teurs. Et il y a fort à parier que cette ten­dance n’est pas prête de s’enrayer. Accom­pa­gnée de l’essor du télé­tra­vail pour les sala­riés en CDD et CDI, elle ren­force en tout cas la néces­sité d’organiser des ras­sem­ble­ment phy­siques des col­la­bo­ra­teurs, quels que soient leurs types de contrats de tra­vail.

Les col­lec­tifs de tra­vailleurs indé­pen­dants qui fleu­rissent aux quatre coins de l’hexagone auront eux aussi plus que qui­conque besoin de se ras­sem­bler. Demain, alors que les rela­tions hié­rar­chiques auront été gom­mées par un tra­vail de plus en plus hori­zon­tal et col­la­bo­ra­tif, il y a fort à parier que les tra­vailleurs se ras­sem­ble­ront pour donner eux-même des valeurs à leurs actions, ou pour défi­nir eux-même les grandes lignes stra­té­giques d’un mani­feste porté par leur groupe. 

De l’atypique oui, mais sur­tout authen­tique

Participants à une soirée de séminaire

Les actifs étant de plus en plus exi­geants avec leurs condi­tions de tra­vail, on pri­vi­lé­gie donc de plus en plus des lieux aty­piques irrem­pla­çables par un simple conf call. Péniche, parc d’attraction, yacht, zoo, musée : tout est pos­sible pour orga­ni­ser son sémi­naire. Sauf que les col­la­bo­ra­teurs aspirent de plus en plus à des expé­riences mar­quées par une cer­taine authen­ti­cité. Pour être plus proche de ses col­la­bo­ra­teurs et favo­ri­ser un moment de détente et de com­pli­cité, on écarte donc les lieux trop excen­triques pour des espaces nobles faits de davan­tage de sim­pli­cité comme les châ­teaux. Alors que de plus en plus de col­la­bo­ra­teurs fuient les grandes villes, le trafic et le espaces satu­rées, un séjour au vert plus local suffit sou­vent à satis­faire l’envie de se res­sour­cer et le nombre de sémi­naires à l’étranger part en chute libre. 

Le natu­rel et le local sont éga­le­ment atten­dus dans les assiettes : alors que l’opinion publique se mobi­lise pour limi­ter le chan­ge­ment cli­ma­tique et la pol­lu­tion, le zéro-déchet et les cir­cuits courts deviennent les nou­veaux mots clefs des évé­ne­ments d’entreprise. Des attentes qui viennent direc­te­ment s’inscrire dans le label Iso 20121 qui oeuvre pour des évé­ne­ments plus propres et plus res­pon­sables.

Dans le futur, le télé­tra­vail est autant tra­vail” que télé”.

Projection lors d'un séminaire

Pro­tec­tion des don­nées per­son­nelles, 5G, objets connec­tés, voi­tures auto­nomes,… : la France compte de plus en plus d’entreprises ou start-up dédiées aux nou­velles tech­no­lo­gies, ainsi que d’entreprises ayant fait leur trans­for­ma­tion numé­rique. Avec elles, ce sont autant de col­la­bo­ra­teurs dont les attentes sont fortes en terme d’équipement et de connec­ti­vité des lieux de sémi­naires. Si le Wifi est devenu un pré-requis pour 100% des comi­tés de direc­tion, et que 84% des clients véri­fient la qua­lité du réseau lors de leur réser­va­tion d’un lieu, les attentes vont rapi­de­ment aller plus loin. 

Demain, les nou­velles tech­no­lo­gies per­met­tront de ren­for­cer les échanges entre les par­ti­ci­pants, que ce soit grâce aux inter­faces vocales, aux objets connec­tés, ou à des solu­tions direc­te­ment dédiées à l’événementiel comme les solu­tions d’interprétariat en simul­tané.
Elles pro­lon­ge­ront éga­le­ment l’événement phy­sique dans le temps, notam­ment avec des sys­tèmes de col­lecte des pré­fé­rences ou d’envoi d’informations en amont, ou avec des bilans photos ou vidéo en aval. Les entre­prises qui déployaient hier une appli­ca­tion pour leur évé­ne­ment pour­ront éga­le­ment béné­fi­cier d’un sys­tème plus souple avec l’arrivée des PWA (Pro­gres­sive Web App) per­met­tant de créer à moindre coût un mini-site fonc­tion­nel pour leur sémi­naire.

Que des numé­ros 10 dans leur team-buil­ding

Silhouettes de participants à une session de team building lors d'un séminaire d'entreprise

Parmi les dif­fé­rents types de sémi­naires (de for­ma­tion, de direc­tion, de mana­ge­ment, etc.), le sémi­naire de cohé­sion pro­gresse, avec un inté­rêt par­ti­cu­lier pour le team buil­ding. Que ce soit pour inté­grer les nou­velles recrues ou pour souder celles en place, ce concept né aux Etats-Unis dans les années 1980 est au coeur de toutes les demandes.
Tous les indi­ca­teurs sont d’ailleurs au vert pour que la ten­dance conti­nue de s’imposer : avec l’influence de la culture col­la­bo­ra­tive des start-up, et dans le contexte des Jeux Olym­piques 2024, les employés vont être de plus en plus par­tants pour se prêter aux jeux. Dans plus de 9 cas sur 10, les temps de team-buil­ding sont d’ailleurs iden­ti­fiés comme des moments de détente. 

Le sémi­naire du futur est fait pour les employés oui, mais aussi par eux

Les participants de plus en plus impliqués dans le déroulement du séminaire

Plus que n’importe quelle autre réunion, les sémi­naires sont l’occasion de réaf­fir­mer la culture d’entreprise auprès des jeunes géné­ra­tions en quête de sens dans leur tra­vail et avides de pro­jets fédé­ra­teurs. Les struc­tures qui pos­sèdent une culture forte génèrent d’ailleurs en moyenne 202% de reve­nus en plus par rap­port à celles dans les­quelles les valeurs res­tent floue. Plus qu’une simple réunion d’équipe, le sémi­naire doit souder les effec­tifs et ren­for­cer l’attachement à la marque employeur.
On choi­sit donc son lieu de sémi­naire comme on choi­sit ses vacances, comme en témoigne le succès d’ Airbnb for work. Les offres clef en main res­tent attrac­tives, quand elles sont asso­ciées à un sys­tème de choix à la carte” qui laisse la liberté d’élire le trai­teur ou le pres­ta­taire de team buil­ding de son choix. Ainsi, le sémi­naire peut enfin être un moment comme à la maison”… mais en mieux.

Partagez cet article